Comment choisir les positions d’Accords au Piano et comment les étudier

Quand on s’intéresse aux accords et à la façon de les jouer au piano, on arrive à la question inévitable de savoir quelles positions/renversements d’accords utiliser et quand. Ainsi qu’éventuellement à la question de comment étudier ces positions pour les intégrer plus facilement.

Avoir quelques règles peut s’avérer utile. Ne serait-ce que pour se donner des priorités et pouvoir apprendre par coeur d’abord les positions les plus souvent utilisées, ou celles qui sonnent le mieux.

La stratégie d’apprentissage des accords

D’abord, il y a quelques différences à connaitre selon qu’on souhaite jouer en groupe ou en solo.

Ensuite, même si on souhaite jouer au plus vite des morceaux, il peut s’avérer positif à moyen terme de chercher à capitaliser aussi sur l’apprentissage des accords.

Voici donc dans les sections qui suivent, une vue d’ensemble des quelques notions et règles qui jusqu’a présent m’ont le plus servi, avec des suggestions pour travailler les différentes positions de base des accords.

Le cour terme: Jouer à tout prix

Quand j’ai commencé à apprendre le piano je voulais jouer des morceaux à tout prix. Ca me prenait un temps fou, même une fois que j’avais défini ce que j’allais jouer en terme de doigtés et de positions.

J’ai fini par réaliser que lorsqu’on travaille un morceau pour le jouer, on apprend plus ou moins par coeur une configuration donnée, on travaille la fluidité, le rythme, un certain enchainement d’accords, etc…. pour ce morceau en particulier. 

Ce travail est utile mais il n’est pas entièrement capitalisable, car seule une partie de ce que vous faites pour un morceau vous aidera à jouer plus facilement le morceau suivant. C’est un travail destiné à bien jouer un morceau de A à Z. 

C’est super plaisant et très satisfaisant. Cependant ce travail est différent du travail d’intégration des accords -quelque soit le morceau-, qui passe aussi par un entrainement plus systématique pour intégrer les différentes positions.

L’étude des accords: Capitaliser

Tout comme le travail de déchiffrage d’une mélodie dévient plus facile lorsqu’on s’entraine pour améliorer sa vitesse de lecture de notes. De même le déchiffrage de la grille d’un morceau deviendra d’autant plus aisé que vous saurez traduire instantanément sur le piano les différents accords.

A mes débuts, j’avais beau enchainer l’étude de trois morceaux par semaine pour mes ateliers (sans compter celui que je travaillais pour mon cours de piano)… j’avais l’impression de me reposer à chaque fois les mêmes questions, de faire face aux mêmes doutes sur le choix des positions d’accords… Je n’avais pas toujours l’impression que j’avançais.

J’étais dépassée et je cherchais des tutoriels sur Youtube pour les apprendre par coeur et pouvoir m’en sortir pendant les ateliers. Bref, je ne gagnais pas trop en savoir faire… je tournais comme le hamster dans sa roue, et je m’épuisais.

Lorsque j’ai commence à étudier de façon systématique les accords, j’ai commencé à constater que petit à petit, à chaque nouveau morceau des positions d’accords commençaient à venir de plus en plus naturellement. Les ayant déjà étudié sous forme d’exercice, le fait de les utiliser sur des morceaux venait renforcer l’integration de ces positions qui commençaient à devenir « connues ».

« Capitaliser » implique donc que vous cherchez à intégrer des outils basiques qui soient réutilisables quelque soit le morceau que vous aborderez. 

Le choix des positions entre esthétique et pédagogie

Le choix des positions d’accords semble être surtout une question de beauté du son, et souvent -mais pas toujours-, de facilité d’enchainement.

Et comme la beauté a une composante subjective, vous imaginez bien, plus on avance plus on découvre qu’il n’y a pas vraiment des règles absolues. Ca dépend beaucoup des goûts, des styles, du niveau et des préférences du pianiste ou du prof que vous avez en face.

Je soupçonne les pianistes de faire souvent comme il leur plait et sans vraiment se soucier d’aucune règle. Mais certains parmi eux, en particulier ceux qui enseignent, ont défini quelques repères avec une intention à la fois pédagogique et esthétique. Afin que les apprentis pianistes s’y retrouvent dans leur apprentissage et les auditeurs dans le plaisir des sons harmonieux.

L’avantage d’avoir des repères c’est qu’on est sur que ça sonne suffisamment bien. Même si vous trouverez toujours quelqu’un pour vous parler des subtilités dans pleins de cas particuliers car on n’en finit pas d’apprendre, n’est-ce pas?

Appellations des different types d’accords aux piano

Voici quelques appellations entendues au long de ma formation jusqu’à présent.

Il a des accords ou positions « serrés» (block chords) – quand on les réalise au piano les notes sont très proches les unes des autres. 

Les accords ouverts qui sont réalisés avec des notes éloignés pour couvrir un registre plus large sur le clavier.

On peut entendre parler aussi de positions ou renversements ou « voicings ». Pour le piano de groupe ces accords/positions seront plutôt « serrés » avec ou sans fondamentale (« rootless voicings« ). Tandis que pour les accords/positions piano solo ils seront seront plus « ouverts »).

Choix des positions en fonction du contexte de jeu

Piano tout seul= piano orchestre

Lorsqu’on joue au piano tout seul, idéalement, le piano doit, ou plutôt peut, remplir plus d’espace… vous êtes tout seul à jouer alors on joue tout les rôles nécessaires (mélodie, harmonie, basses, rythme). 

Dans ce cas, pour une harmonie plus riche, on privilégie des accords plus ouverts qu’on étale le plus possible sur l’ensemble du clavier pour couvrir un registre harmonique large.

Pas besoin d’avoir des mains de la taille du clavier pour autant! :p. On viendra poser en plusieurs fois les notes qui seront reparties sur le clavier.

On peut sans problème jouer un thème en utilisant ces positions lorsqu’on joue en groupe. Ce n’est pas le moins du monde incorrect, ça sonnera bien quand même. Peut être faudra-t-il voir si les notes basses doivent être jouées une octave au dessus pour éviter de se retrouver trop souvent dans le même registre que la basse, par exemple. 

Il y a des positions d’accords connues pour le piano solo qu’on peut apprendre et s’entrainer à utiliser sur les thèmes étudiés. Elles sont listées plus bas dans la section dédiée à l’étude des positions d’accords au piano.

Une certaine vue du Piano Solo dans le Jazz

« La prestation en solo a évolué vers un exercice d’invention et d’introspection dans lequel l’instrumentiste doit trouver seul les ressources de son expression. On ne peut pas tricher ou se cacher derrière les autres membres d’une section rythmique. Avec le solo, le pianiste aborde le temps de la vérité, celui où il doit faire ses preuves à la fois techniques et avant tout musicales, mais aussi celui où sa personnalité se révèle pleinement : c’est une forme de « challenge » artistique auquel la plupart des pianistes se confrontent un jour. C’est aussi un moment de méditation intime, d’épanchement en toute quiétude, avec comme uniques contraintes celles que l’on s’impose à soi-même, qui fait du solo un laboratoire d’expérimentation… »

Ludovic Florin sur le site de la Philharmonie de Paris

Le Piano dans un groupe ou avec un accompagnement

Sachez qu’il y a des pianistes qui aiment utiliser plutôt des positions d’accords serrés pour le jeu de groupe. Car on peut facilement les plaquer en bloc sur le piano, ce qui donne un son particulier, plus dense.

Pour enrichir encore cette façon de jouer en groupe, certains ne jurent que par les accords serrés sans fondamentale. On vient alors ajouter une note supplémentaire à la place de la fonda (une note de couleur avec ou sans alterations); souvent la 9ème de l’accord ou alors aussi la 11ème ou 13ème.

Pour savoir comment construire ces positions groupe voir plus bas la section dédiée à l’étude des positions d’accords au piano.

S’entrainer avec un accompagnement virtuel

Le trio classique en jazz est fait de: Piano, Contrebasse et batterie. Pour vous entrainer à jouer dans ce contexte vous pouvez utiliser un accompagnement virtuel.

J’utilise l’appli iRéalPro. C’est une appli payante mais, franchement je suis toujours très satisfaite de mon investissement! Je la recommande vivement à tous ceux qui souhaitent s’entraîner à jouer en groupe, mais pas seulement car l’application peut remplacer le métronome et rendre l’entrainement plus ludique. Attention quand même à ne pas oublier de vous entrainer avec le metronome tout simple aussi pour le piano solo… c’est important pour prendre l’habitude de tenir le tempo et remplir l’espace tout seul comme un grand.

Choix en fonction de la mélodie

Lorsqu’on expose le thème d’un morceau, on choisi les positions d’accords qui permettent de mettre en relief la mélodie. Ainsi, si la mélodie monte dans les aigus  nous auront la possibilité d’utiliser des positions aussi plus vers les aigus, et souvent avec plus de notes. 

Si la mélodie descend dans les graves, nous auront moins de possibilités et parfois nous ne pourront jouer qu’une ou deux notes de l’accord maximum, en plus de la mélodie.

Les positions d’accords à apprendre en priorité

Pré-requis

Avant tout, pour ce qui suit vous devez connaitre (ou pouvoir retrouver) les notes qui composent un accord =>13579 (fondamentale, tierce, quinte, septième, neuvième).

Vous avez quelques lignes dans l’article concernant les connaissances théoriques utiles en piano jazz, et vous trouverez beaucoup de ressources sur internet qui expliquent en long et en large les bases de l’harmonie (triades et tétrades).

Au niveau livres en français, je connais: « En Harmonie – Fondements de l’harmonie tonale et modale dans le jazz. Tome 1 » de Lilian Dericq et Etienne Guéreau.

Je trouve le contenu très clair et structuré, et les exercices proposés permettent de mémoriser progressivement les éléments de base de l’harmonie.

Dans la première moitié du tome sont abordés les éléments qui nous intéressent dans cet article: intervalles, les triades – accords de trois sons- et tétrades -accords de quatre sons.

La deuxième moitié va ensuite plus loin avec l’étude des gammes et l’analyse harmonique, pour ceux qui souhaiteraient en apprendre d’avantage.

Positions d’accords serrées (Piano de groupe)

Ces positions d’accords plutôt « serrés » peuvent être utilisées aussi bien pour l’exposition du thème que pour l’improvisation car elles libèrent la main droite.

Notez cependant que pour l’exposition du thème, la mélodie entrainera parfois des contraintes. Il se peut que les règles ci-dessous ne soient pas directement applicables. Auquel cas on pourra choisir une autre position en fonction de la mélodie, comme mentionné précédemment.

Tous les choix sont possibles, ce n’est qu’une question de gout et de facilité de réalisation au piano. On pourra par exemple choisir une position piano solo avec seulement quelques notes à la main gauche. Par exemple 1 7 si c’est dans les graves. Ou alors on enlèvera quelques notes à l’accord serré. 

Positions de base (1357 et 5713)

On peut utiliser des accords serrés (avec la main gauche) qui incluent la fondamentale de l’accord. Ce type d’accord peut servir aussi bien à jouer tout seul qu’en groupe.

  • Si l’accord est dans le registre grave A à D, on privilégie le renversement sur la 5te (5713)
  • Puis de D à A, ça sera plutôt la position fondamentale (1357)

Positions plus chic (3579 et 7913)

Pour les accords serrés sans fondamentale et avec une 9ème pour donner de la couleur:

  • Dans le registre de F à C, plutôt un renversement sur la 7è avec 9ème en plus (7935). On enlève la 9ème pour les accords semi-diminués. 
  • Puis de C à F, on privilégie un renversement sur la 3ce avec une 9ème en plus (3579). Pour les accords semi-diminués, remplacer la 9éme par la fonda 3571.

Pour illustrer ces propos, ci-dessous une vidéo avec un choix d’accords pour le standard «Fly me to the moon ».

L’objectif initial est de privilégier les positions d’accords piano de groupe serrées sans fondamentale.

Voir aussi plus bas la grille d’étude des positions serrées dans toutes les tonalités qui montrent le choix des positions en fonction du registre.

Exemples de choix en cas de contraintes imposée par le thème

Dans la vidéo d’exemple, en fonction de la mélodie, il y a des moments ou d’autres positions sont utilisées.

  • Par exemple, à 0’36 » de la vidéo: pour l’accord Am7, la mélodie descend jusqu’à la note C (Do). C’est la position 571 – 3 qui est utilisée, au lieu de 7935. Ca permet de garder au moins 3 notes de l’accord à la main gauche.

Si on voulait utiliser le position sans fondamentale, on garderait seulement 79 à la main gauche. C’est possible. C’est une question de goût.

  • Un autre exemple à 1’24 » pour l’accord G7 la mélodie descend jusqu’à la note C à nouveau. Si on voulait utiliser la position 7935, on ne pourrait garder que les notes 79 à la main gauche (pour éviter d’avoir un demi-ton entre la 3ce et la mélodie).

Alors une alternative possible c’est de jouer 1-7 à la main gauche (position ouverte) qu’on complète avec 9 à droite en plus de la mélodie.

Exemple de choix des positions d’accords pour le standard « Fly Me to the Moon »

Pour d’autres exemples de chois de position d’accords, voir dans la catégorie Blog/Les Dessous des Morceaux

Positions d’Accords ouverts (Piano Solo) : 1735(9) et 1379(5)

Les accords plus ouverts sont en principe plus jolis lorsque le piano est tout seul. Sans bassiste le piano peut remplir le registre des graves de façon plus systématique afin de donner plus de profondeur. Comme je disais au début, rien n’empêche d’utiliser ces positions en groupe.

C’est clairement plus stylé  :p, mais je trouve que c’est plus difficile aussi. 

Il y a d’autres positions, bien sur, mais 1735(9) et 1379(5) me semblent indispensables à connaitre. Pour choisir laquelle des deux utiliser la règle est la suivante:

  • Si l’accord est dans le registre de  F à C, on choisira un voicing 1735(9). Par exemple: G7 -> 1735(9) =G F B D et éventuellement 9 (A)
  • Puis de C à F, plutôt 1379(5). Par exemple: DMaj7 -> 1 3 7 9 (5)= D F# C# E et éventuellement 5 (A)

La répartition au niveau des mains dépends de plusieurs facteurs mais on peut s’entrainer à faire les 3 modalités suivantes.

Réalisation à Deux mains – expo du thème (1 7 – 3 5 / 1 3 – 7 9)

2 notes à la main gauche et 2(ou 3) notes à la main droite.

Ce qui donne: 1 7 / 3 5 (9) ou 1 3 / 7 9 (5)

Réalisation à Deux mains – accompagnement (1 – 7 3 5 / 1 – 3 7 9)

Utile pour accompagner lorsqu’on fait par exemple duo avec quelqu’un qui joue la mélodie ou la chante.

A la main gauche on joue une note. Au choix, par ordre de difficulté vous pouvez vous entrainer à faire:

  • Niveau 1: la fondamentale sur le premier temps de chaque mesure
  • Niveau 2: la fondamentale puis la quinte de l’accord (temps 1 et 3 de la mesure par exemple) 
  • Niveau 3: une ligne de basse si on sait faire.

Puis à la main droite, les autres notes de l’accord. Ce qui donne:

  • 1 – 7 3 5 / 1 – 3 7 9
  • 1 (ou 5) – 7 3 5 / 1 (ou 5) – 3 7 9
  • note de la ligne de basse – 7 3 5 / note de la ligne de basse- 3 7 9

Réalisation tout à la Main gauche (1 -> 7 3 5 / 1 -> 3 7 9)

On joue tout à la main gauche, en accord brisé: d’abord la fondamentale, ensuite le reste des notes; ou l’inverse.

Parfois on peut ne pas jouer toutes les fondas. Utile pour l’improvisation car libère la main droite.

Pour l’improvisation

On pourra simplifier ces positions d’accords un peu plus pour improviser. Il suffit d’utiliser 137 et 173 avec la main gauche en une fois, ou en accord brisé selon le cas. Ce qui permet de libérer le plus de ressources possibles pour se consacrer à l’improvisation.

Intégrer les positions d’accords

Pour intégrer les différentes positions d’accords et les avoir dans les mains, on peut d’agir sur au moins deux axes en parallèle : 

  • les travailler telles quelles seulement comme un exercice, en utilisant une grille mais sans chercher à jouer un thème. On joue juste l’harmonie avec les positions d’accords.
  • les utiliser dans un ou plusieurs thèmes

Travailler les positions dans toutes les tonalités

Une bonne façon d’intégrer chaque position, indépendamment d’un thème, est de suivre la grille des 12 tonalités. Et s’exercer à les faire au piano de façon systématique.

Ci-dessous un exemple avec les positions sans fondamentale pour le piano de groupe.

Grille des 12 tonalités pour l’étude des voicings 3579 et 7935 (jeu de groupe)

Il faut procéder par étapes et éviter à tout prix de se sentir débordé.

D’abord sans métronome: posez vos mains sur un accord puis ressentez, regardez et écoutez. Si vous travaillez les positions sans fondamentale, pour bien écouter, rajoutez la fondamentale avec la main droite (de préférence passez par dessus la main gauche pour aller jouer la note dans les graves) pendant que la gauche tient l’accord. Puis passez à l’accord suivant.

Lorsqu’on commence à les connaitre choisir d’abord un tempo lent qu’on augmente ensuite progressivement un peu chaque jour.

Il faut s’organiser pour intégrer cet exercice (quelques lignes ou entièrement selon vos possibilités) à votre routine d’entrainement pendant un certain temps.

L’idéal est de pouvoir en faire un peu chaque jour, éventuellement quelques lignes, jusqu’à avoir balayé l’ensemble des tonalités avec les différentes qualités d’accords qu’on souhaite travailler (Xmaj7, X7, Xmin7, Xmin7b5,Xdim,X6,Xmin6…)

Priorités par type d’accord

Vous aurez à étudier petit à petit les different types d’accords. Prenez votre temps, ne vous imposez pas de tout apprendre avant de vous mettre à jouer. Surtout si cela vous semble une corvée. Décidez de quelques lignes à apprendre, de façon à ce que cela devienne facilement atteignable et vous puissiez avancer petit à petit.

Par ordre de priorité vous pouvez choisir les types d’accords comme suit. Puis pensez à alterner au gré de vos besoins et de vos envies:

  • Priorité 1: XMaj7, X7, Xmin7
  • Priorité 2: Xmin7b5, Xdim
  • Priorité 3: X6, Xmin6

Travailler les positions d’accords avec la grille d’un morceau

En parallèle, au fur et à mesure que vous rencontrerez ces positions dans les grilles d’un ou plusieurs thèmes de votre choix, cela vous aidera à mieux les connaitre progressivement puisque vous les utilisez activement. 

Mais un bon entrainement à chaque fois qu’on apprend un nouveau morceau, est de faire les différentes positions d’accords sur la grille d’accords du morceau en question (cela vous aidera en plus à mémoriser la grille du morceau en même temps). Dans un premier temps, ne tenez pas compte de la mélodie. Puis ajoutez la mélodie quand vous serez plus à l’aise.

Et inversement, si dans un thème vous rencontrez des nouvelles qualités d’accords que vous n’avez pas encore travaillé (des accords diminués par exemple), vous pouvez les étudier indépendamment du thème comme suggéré juste avant, à l’aide de la grille des 12 tonalités.

Le mot de la fin

Apprendre des morceaux et étudier les accords au piano sont des activités complémentaires et on peut les inclure toutes les deux dans nos séances d’entrainement.

Il se peut que le répertoire avance un peu moins vite au début, mais vous savez que ça n’en sera que plus facile par la suite.

En effet, lorsqu’on a transpiré de façon répétée en tant que débutant à chaque fois qu’on aborde un nouveau morceau, on a vite envie que cela prenne une autre forme. Que cela ne soit plus «un éternel recommencement laborieux»… et que ça devienne de plus en plus fluide.

Essayez et donnez-moi des nouvelles s.v.p!

Si vous avez trouvé cet article utile, n’hésitez pas à partager autour de vous (le partage c’est chouette ;).

Et si vous en voulez plus, laissez-moi votre adresse mail ci-dessous pour être notifié des nouveautés sur le site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *